Ligue Anti-impérialiste : Appel au public

Ligue Anti-impérialiste : Appel au public

Translator

 

Translator

Nous partageons un texte publié par la Ligue Anti-impérialiste ce 2 juin 2024. La fondation de la Ligue Anti-impérialiste a été annoncée le 23 décembre 2023, par un communiqué publié dans le média international The Red Herald. La Ligue Anti-impérialiste a également rendu public la composition de son Comité d’organisation, composé de délégués des organisations Partizan (Turquie), Front révolutionnaire de défense des droits du peuple (Brésil), Front pour la défense des luttes du peuple (Équateur) et Courant du peuple – Soleil rouge (Mexique).

 

Anti-impérialistes du monde entier, unissez-vous !

ORGANISONS UNE LUTTE UNIE CONTRE LES GUERRES D’AGRESSION IMPÉRIALISTES, LES GUERRES INJUSTES, TOUTES LES FORMES D’ARRIÉRATION ET DE FASCISME. ENVOYONS L’IMPÉRIALISME ET TOUTES LES FORMES DE RÉACTION DANS LES POUBELLES DE L’HISTOIRE ! LIGUE ANTI-IMPÉRIALISTE

 

Notre appel au prolétariat international, aux peuples opprimés du monde, aux forces anti-impérialistes, aux révolutionnaires et aux démocrates !

Comme tous les grands systèmes souverains d’exploitation qui ont existé dans l’histoire, le système impérialiste est aux prises avec des crises économiques, politiques, sociales et militaires. Il lutte pour survivre malgré ses guerres prédatrices incessantes, son oppression et son exploitation sans limites.

Notre monde traverse une période de turbulences, de troubles profonds et de changements. Il y a tout juste trente ans, l’impérialisme, en particulier l’impérialisme yankee (États-Unis), proclamait la « fin de l’histoire » ! Avec la « Pax Americana », il a déclaré que la « paix éternelle » était une réalité.  Au moyen d’une gigantesque propagande, on a répandu dans le monde entier l’idée qu’un avenir de paix, de démocratie et de prospérité, garanti par la « police mondiale », allait désormais s’ouvrir. L’évolution depuis ces paroles jusqu’à aujourd’hui a montré que le « paradis » promis par les impérialistes est un enfer sur terre pour les masses opprimées des peuples du monde. Depuis la promesse des impérialistes d’une « vie dans le grand paradis », il ne s’est pas passé un seul jour sans guerre et sans destruction. Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’y a eu autant de nourriture et autant de faim. Plus de 25 000 personnes meurent de faim chaque jour. Selon les chiffres officiels, 280 millions de personnes dans 59 pays souffrent d’une faim extrême, tandis que plus d’un milliard de personnes souffrent de graves pénuries alimentaires.

D’autre part, d’énormes richesses sont concentrées dans les mains de quelques-uns. Les 26 plus gros milliardaires possèdent autant de richesses que les 800 millions de personnes les plus pauvres.  Alors que les travailleurs et les ouvriers du monde entier perdent rapidement leur pouvoir d’achat et leur droit au travail, de plus en plus de richesses sont créées par une exploitation accrue au profit des monopoles. Alors que les cinq personnes les plus riches ont doublé leur fortune au cours des trois dernières années, 500 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté.

La domination des impérialistes dans tous les pays semi-féodaux, semi-coloniaux et arriérés et les politiques agricoles mises en œuvre entraînent le déplacement massif des paysans dans le monde entier. Les terres agricoles sont continuellement pillées par les grands monopoles agraires et les grands propriétaires terriens, et les terres agricoles sont concentrées dans les mains de quelques monopoles agraires internationaux et de grands propriétaires terriens. La question paysanne, c’est-à-dire principalement la question de la terre, a énormément augmenté. Les plus grands exploitants agricoles du monde, les 1 %, cultivent plus de 70 % des terres agricoles du monde. Les paysans pauvres, les petits propriétaires et les paysans sans terre, qui représentent près de la moitié de la population mondiale, possèdent 30 % des terres agricoles et produisent au moins 70 % des aliments consommés dans le monde. Les politiques agricoles imposées par les impérialistes ont aggravé la situation des paysans pauvres et sans terre, notamment par une exploitation accrue et la confiscation des terres. Les masses de paysans, dont la pauvreté a augmenté, qui luttent contre la faim et ont été chassés de leurs terres, sont contraints de vivre dans de pauvres huttes dans les villes. Dans les pays semi-féodaux et semi-coloniaux en particulier, la domination des impérialistes et les politiques agraires mises en œuvre entraînent des déplacements massifs de paysans dans le monde entier. Les vagues croissantes de migration dans les zones rurales sont une conséquence du semi-féodalisme et du semi-colonialisme causés par la domination impérialiste.

 

Depuis le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, les émissions ont augmenté de 60 % au lieu de diminuer. Dans les pays opprimés en particulier, de nouvelles zones ont été créées pour permettre aux impérialistes d’accroître leur exploitation sous le couvert de la protection de l’« environnement naturel ». Les industries et les ressources naturelles de ces pays ont été détruites et la situation des masses, en particulier des paysans et des peuples indigènes, s’est aggravée.

Les guerres qui ont commencé en 2001 seulement – Irak, Libye, Afghanistan, etc. – ont causé directement et indirectement la mort de 4,7 millions de personnes. Aujourd’hui, plus de 110 millions de personnes dans le monde ont été déplacées par les guerres, les persécutions et les conflits de toutes sortes. La guerre d’agression sioniste contre le peuple palestinien n’est pas une exception, elle n’est rien d’autre que le vrai visage de l’impérialisme et de la réaction mondiale. L’occupation sioniste meurtrière de Gaza a entraîné à elle seule la mort de plus de 35 000 Palestiniens depuis octobre 2023, sans compter les plus de dix mille qui ont disparu sous les décombres. Plus de journalistes, de médecins et de travailleurs humanitaires ont été tués en Palestine qu’au cours des vingt années de la guerre du Viêt Nam ou des huit années de la guerre d’Irak.

L’impérialisme est réactionnaire dans tous les domaines, c’est une perte de droits. C’est une réaction permanente qui ouvre la voie au fascisme. Les lois et traités internationaux sur les génocides, les crimes de guerre et les soi-disant droits de l’homme sont jetés par-dessus bord par leurs créateurs et ne sont appliqués que lorsque les intérêts des différents impérialistes sont en jeu. La répression de la solidarité avec la Palestine en Europe, aux États-Unis et dans d’autres pays a montré que dans les pays impérialistes, les droits démocratiques fondamentaux de liberté d’expression, de réunion et d’organisation, dont les sociétés bourgeoises sont si fières, sont facilement violés. Même les droits minimaux des prisonniers politiques détenus dans les prisons de l’impérialisme et de ses hommes de main dans le monde entier ne sont pas garantis. Des centaines de milliers de personnes sont également persécutées, arrêtées, tuées et disparues.

L’impérialisme a existé au prix de guerres terribles et destructrices pour l’écrasante majorité de l’humanité. Malgré toutes ses contradictions et son pourrissement, le système impérialiste ne disparaîtra pas de lui-même. Malgré toutes ses contradictions et sa pourriture, le système impérialiste ne disparaîtra pas de lui-même.

Ce n’est que par l’organisation et la lutte de milliards de personnes à travers la planète qu’il sera possible d’éradiquer les impérialistes et leurs laquais de la surface de la terre. Les masses sont les artisans de l’histoire et rien ne peut se faire sans elles. La tâche des sections avancées du peuple, des communistes, des révolutionnaires, des démocrates, des ouvriers et des paysans conscients, des intellectuels progressistes et de la jeunesse est de s’unir à la majorité du peuple, de surmonter les hésitations et de mobiliser la lutte de l’écrasante majorité.

L’impérialisme suscite la colère profonde des peuples du monde et prépare les conditions matérielles et morales de la lutte des grandes masses populaires. Dans de nombreuses régions du monde, les travailleurs et les ouvriers organisent des protestations et des manifestations de masse pour défendre leurs droits économiques, démocratiques et politiques.

Il est urgent d’unir le prolétariat international, les peuples opprimés et les luttes des nations opprimées du monde pour réaliser une large unité nationale et internationale contre l’agression impérialiste, les guerres injustes, la réaction et le fascisme. Les conditions sont favorables pour unir la majorité des peuples contre les impérialistes et leurs instigateurs.

 

« Les impérialistes sont des tigres de papier ». Le pouvoir uni des peuples opprimés et exploités du monde brisera le « tigre de papier » !

L’impérialisme, le stade le plus élevé du capitalisme, est un système d’exploitation et de pillage monopolistique, en décomposition et à l’agonie, qui existe avec des contradictions qui préparent inévitablement sa propre fin. L’ensemble du système repose sur la capacité du capital monopolistique à maximiser le profit. L’approfondissement et l’élargissement de l’exploitation, la destruction sans limite de la nature et l’anéantissement des habitats naturels des êtres vivants, le soutien de toutes sortes de réactions, la création et le soutien d’inimitiés entre les peuples, l’empêchement de l’autonomie et de l’indépendance nationale des peuples, les guerres injustes sans fin pour redistribuer les marchés, l’augmentation énorme des fonds alloués aux budgets de guerre ne servent qu’un seul but : assurer le maintien de la domination des monopoles sur le monde, à tout prix. Depuis le passage du capitalisme de libre concurrence au capitalisme de monopole, nous avons connu deux grandes guerres impérialistes de redistribution qui ont coûté des millions de vies pour maintenir ce système, des occupations directes par les impérialistes et des dizaines de guerres régionales sous la direction et la provocation des impérialistes. À l’époque où nous vivons, ces guerres se poursuivent et se poursuivront. Les guerres injustes et les occupations sont, d’une part, le résultat de la politique de domination absolue des impérialistes et, d’autre part, elles signifient la création d’énormes profits pour l’industrie de la guerre. L’impérialisme est responsable de l’esclavage de milliards de personnes, de l’oppression de peuples entiers. Les travailleurs et les ouvriers du monde entier, les peuples opprimés supportent le fardeau de toutes sortes d’exploitation et de brutalité pour la domination du capital financier. Des milliards de personnes luttent pour leur vie dans les conditions les plus dures et sont soumises à l’oppression des impérialistes et de leurs laquais.

L’impérialisme américain est la puissance hégémonique depuis la Seconde Guerre mondiale, la redivision impérialiste du monde, il est le principal acteur de toutes sortes d’exploitation, de pillage, de guerres injustes et d’occupations dans le monde. Bien que l’impérialisme chinois, russe, britannique, allemand, français, etc. ait gagné en influence sur les paramètres économiques, politiques et militaires du monde par rapport au passé, l’impérialisme américain est toujours au centre du système impérialiste et est l’acteur principal qui détermine le cours des événements. D’autre part, parallèlement à l’intensification des contradictions entre eux, les impérialistes tentent de consolider leurs positions mutuelles en se répartissant les puissances qui dépendent d’eux. Ainsi, malgré les contradictions entre eux, ils forment diverses alliances économiques, militaires et politiques afin d’assurer la continuité du système et leur propre position. Comme toujours, ce sont les travailleurs, les pauvres et les peuples opprimés du monde qui subissent les conséquences destructrices de l’aggravation des contradictions et des dissensions entre les impérialistes et leurs partisans.

La grande révolution d’octobre 1917 et la vague de nouvelles révolutions démocratiques et socialistes qui ont libéré un tiers de la population mondiale du système impérialiste, ainsi que les revers du socialisme, ont préparé le terrain pour que les impérialistes poursuivent impitoyablement leur agression sans cesse croissante contre les travailleurs et les peuples opprimés du monde. Cependant, les conditions qui donnent aux impérialistes et à leurs laquais un avantage relatif sont en train de prendre fin.

Les centres impérialistes, qui propagent les « vertus » de leur système d’exploitation avec l’argument d’être un « régime démocratique », augmentent l’influence et l’autorité des forces répressives de l’État bourgeois, à la fois par la loi et de facto, et utilisent chaque jour davantage la violence d’État contre la population en raison des problèmes de gouvernance, qui sont aggravés par l’approfondissement de la crise générale du capitalisme. Outre la police et la gendarmerie, les forces de l’armée sont également utilisées contre la population, tandis que les partis et organisations racistes-fascistes à l’intérieur et à l’extérieur du parlement deviennent efficaces et que les forces de réserve de la contre-révolution sont renforcées. La crise générale du système impérialiste et l’approfondissement et l’élargissement des contradictions amènent les États bourgeois à mettre l’accent sur l’appareil de violence, à le rendre plus visible et à l’utiliser dans la pratique. C’est le signe que la lutte des classes se durcit et qu’elle se durcira encore dans les périodes à venir et que les Etats souverains bourgeois s’organiseront contre leurs « fossoyeurs ».

Alors que la crise du capitalisme s’approfondit et que le prix imposé aux peuples augmente, les manipulations de la bourgeoisie sur les peuples perdent de plus en plus leur effet, et la classe ouvrière et les peuples opprimés expriment leur colère et leur résistance contre les conditions dominantes dans les rues, y compris dans les pays centraux du système impérialiste. Malgré les énormes ressources et le pouvoir d’oppression dont disposent les impérialistes et leurs laquais, les travailleurs, les paysans et les peuples opprimés, en particulier en Asie, en Afrique et en Amérique latine, résistent glorieusement et à grands frais. La résistance héroïque des forces de libération nationale et anticolonialistes palestiniennes contre la réaction sioniste d’Israël, soutenue par les impérialistes avec tous leurs moyens, en est l’une des expressions concrètes. Ces développements sont les signes qu’une nouvelle vague révolutionnaire est en plein essor. Ce qui n’a pas encore suffisamment évolué, ce sont les organisations qui peuvent prendre en charge et diriger cette vague progressiste. Nous devons créer des alliances de forces plus fortes, plus systématiques et les plus larges possibles. Nous n’avons pas de temps à perdre et à nous distraire. Les tournants historiques nécessitent des interventions historiques. L’adage selon lequel l’histoire ne pardonne pas les lacunes exprime une réalité. Si nous ne parvenons pas à faire les bonnes interventions, à trouver les moyens et les méthodes pour réaliser notre rôle subjectif dans ces moments de rupture historique, les impérialistes et leurs laquais en profiteront au maximum.

La lutte anti-impérialiste est une partie directe de la lutte des classes. La fondation de l’LAI est l’une des formes concrètes d’intervention révolutionnaire dans les conditions où la lutte des classes se durcit et où l’agression impérialiste et réactionnaire tente impitoyablement de maintenir sa domination. La ligne politique de l’LAI met l’accent sur la nécessité d’une structure anti-impérialiste cohérente et souligne la nécessité d’une ligne anti-impérialiste éclairée par la vision scientifique du monde du prolétariat. Elle fera donc partie de la transformation révolutionnaire et jouera un rôle actif et décisif dans la lutte contre le système impérialiste qui domine le monde.

La ligne politique anti-impérialiste de l’LAI a une qualité mobilisatrice pour une lutte cohérente contre l’impérialisme. La colère et la résistance des classes et des sections extérieures au prolétariat contre l’impérialisme contiendront des limites et des ambiguïtés dues à leur compréhension de l’anti-impérialisme et à la signification qu’ils attribuent à la lutte anti-impérialiste. L’élargissement de ces limites et le dépassement des contradictions peuvent avoir lieu parallèlement au développement de la vision mondiale du prolétariat dans cette lutte.

La ligne défendue par l’LAI représente les revendications justes et légitimes des travailleurs, des ouvriers, des paysans pauvres et sans terre, des peuples et des nations opprimés du monde entier. L’LAI n’est pas dans un état d’opposition générale ou de plainte par rapport à la situation existante ; au contraire, elle veut changer cette situation et se positionne comme un sujet actif de la lutte pour réaliser ce changement.

A notre époque, la lutte anti-impérialiste est aussi étroitement liée à la lutte démocratique. Les principes et les valeurs de la démocratie à l’échelle mondiale se sont désintégrés entre les mains de la bourgeoisie, et la lutte pour la démocratie et un démocratisme cohérent a gagné une unité à caractère anti-impérialiste. Cela signifie la poursuite de l’intégration des peuples opprimés dans les valeurs, les principes et la ligne politique de la démocratie prolétarienne avec son caractère anti-impérialiste cohérent.

Dans ce contexte, la lutte démocratique à l’échelle mondiale se caractérise également par la résistance à l’exploitation, aux valeurs, à l’hégémonie politique et à l’idéologie de l’impérialisme.

L’LAI souligne que la principale cause de la faim, de la pauvreté généralisée, de l’inégalité et des guerres injustes est le système impérialiste. Ce système conduit le monde vers une grande catastrophe. L’humanité peut soit assister en silence à ce déclin visible et à ce glissement vers l’extinction, soit y résister de toutes ses forces. Dans ce contexte, l’LAI se définit comme un élément direct de la lutte des classes et représente l’une des deux lignes fondamentalement opposées de cette lutte.

L’LAIdéfend ses principes de base : Résistance aux guerres injustes, soutien aux luttes de classe et de libération nationale, défense des prisonniers politiques. L’LAI soutient les luttes économiques et politiques des travailleurs, défend les droits des paysans contre l’exploitation et soutient les luttes pour l’indépendance sociale et nationale. Elle s’oppose à la discrimination et défend le droit des peuples opprimés à l’autodétermination.

L’LAI s’engage de plus en plus en faveur des droits des femmes, des jeunes et des minorités et met l’accent sur l’éducation, le développement culturel et la protection de l’environnement. Elle aborde des questions telles que le travail des enfants, la destruction des habitats et le droit au logement, qu’elle considère comme des conséquences de l’exploitation impérialiste.

L’LAI s’oppose à la privatisation généralisée des systèmes de santé, dénonce les crimes des monopoles pharmaceutiques et lutte pour l’accès universel aux soins de santé. L’LAI s’oppose aux politiques migratoires répressives, mais se concentre sur les causes profondes de la migration forcée et lutte contre ces causes.

L’LAI rejette les alliances qui servent l’industrie de la guerre et souligne comment les problèmes environnementaux sont liés à l’exploitation impérialiste. Elle défend directement les objectifs anti-impérialistes dans le mouvement environnemental et donne la priorité au bien-être des personnes dans la résolution des problèmes environnementaux.

 

Notre appel à toutes les forces anti-impérialistes :

 

Pour le système capitaliste, tout sert de marchandise afin de réaliser un profit et de l’utiliser pour la reproduction élargie du capital. Les personnes, les communautés, les autres êtres vivants et la nature elle-même n’ont d’autre signification pour le système capitaliste que d’être une marchandise avec laquelle il est possible de faire du profit. Ces relations de production et de distribution sont la cause de tous les problèmes de l’humanité. Ce système ne se limite pas à se réaliser uniquement à travers l’exploitation économique, ou en d’autres termes, ces rapports de production et de distribution créent des formes d’homme et de société qui s’y prêtent. Par l’hégémonie idéologique et culturelle qu’il instaure, il crée des formes humaines et sociales qui lui obéissent et acceptent l’existant comme une nécessité. Bien qu’elle soit la source des problèmes, elle force les problèmes à se produire en dehors d’elle-même. Elle vise à faire en sorte que la solution aux problèmes soit le repli sur soi et l’espoir d’une aide venant de soi. Il faut donc lutter contre le système capitaliste, il faut lutter sur différents fronts afin de centraliser au maximum tous ces domaines de résistance et de lutte pour ne pas rompre le lien entre eux et les orienter vers la source principale qui crée les problèmes.

La pauvreté, le chômage, les conditions de travail esclavagistes, l’accès aux droits humains les plus élémentaires deviennent chaque jour plus difficiles, les guerres injustes se multiplient, des dizaines de millions de personnes quittent leur terre et deviennent des réfugiés. Le déplacement de millions de masses paysannes et de peuples indigènes de leurs terres par l’appropriation des terres agricoles dans l’intérêt des monopoles internationaux et des grands propriétaires terriens, la propagation d’organisations racistes, fascistes et religieuses, la destruction inimaginable de la nature sont les résultats visibles de l’ordre impérialiste de pillage et de saccage dans lequel nous vivons.

Dans toutes les régions du monde, il y a des réactions et des résistances à cette situation, qui a atteint des proportions insupportables pour la classe ouvrière et les masses opprimées, exploitées et réprimées qui vivent dans ces conditions et sont directement exposées aux pratiques de ce système brutal. Cependant, elles ne disposent pas encore d’une ligne de lutte et d’une organisation qui unissent leurs forces avec une perspective et une organisation adéquates pour lutter contre leurs ennemis communs. Ils ne peuvent pas repousser les attaques des impérialistes et des classes dirigeantes qui dépendent d’eux, même si des succès sont remportés, ils sont temporaires et même leur forte résistance peut être écrasée par les impérialistes et leurs serviteurs.

La classe ouvrière et les masses opprimées et exploitées ne peuvent mener une lutte victorieuse contre ce système cruel et pourri dans lequel elles vivent que si elles s’unissent sous une position et une direction correctes. C’est une réalité nécessaire et obligatoire pour chaque pays et pour le monde entier. Quelle que soit la force de l’oppression et de la terreur contre les masses de personnes qui n’ont pas un point de vue correct et ne s’unissent pas sous une direction correcte, quelle que soit la profondeur et le caractère insupportable de l’exploitation, cet ordre cruel se poursuivra. L’histoire millénaire des sociétés de classes a prouvé cette réalité à d’innombrables reprises.

Nous disposons de l’expérience et des succès du prolétariat international et des peuples opprimés. Nous savons comment nous avons pu gagner et pourquoi nous avons perdu. À l’époque actuelle, les impérialistes et leurs laquais ont dominé le monde, mais les travailleurs, les peuples opprimés et les nations du monde ont été en mesure de les vaincre à plusieurs reprises et de construire leur propre pouvoir. Ils n’y sont parvenus qu’en unissant leurs forces contre l’impérialisme et toutes les formes de réaction, sous une direction appropriée. C’est ce dont nous avons besoin aujourd’hui également. L’organisation de l’LAI est un pas vers la réalisation de ce besoin.

Les principes de base et les objectifs de la Ligue anti-impérialiste (LAI) fournissent un cadre global pour une lutte anti-impérialiste cohérente à l’échelle mondiale. L’LAI offre une compréhension globale et fondée sur des principes de la lutte anti-impérialiste, couvrant un large éventail de questions et unissant différentes classes et groupes opprimés dans une cause commune.

La classe ouvrière et les peuples opprimés et réprimés paient un lourd tribut pour vivre sous les effets de l’oppression et de l’exploitation impérialistes. Nous sommes confrontés à l’injustice de classe, à la spoliation de nos terres, à l’exploitation de la classe ouvrière, à la violation des droits des femmes et à bien d’autres problèmes. Mais au lieu de lutter séparément, nous pouvons nous unir pour accroître notre force et opposer une résistance unie à ce système pourri.

Les travailleurs et les ouvriers du monde entier, les paysans pauvres et sans terre, les peuples indigènes qui sont privés de leur terre et de leur habitat au nom de mégaprojets réagissent et luttent contre l’agression des impérialistes et de leurs laquais. Dans la lutte des paysans pauvres et sans terre des peuples indigènes du Brésil au Mexique pour protéger leurs terres, dans la colère des travailleurs du Bangladesh qui travaillent pour les monopoles impérialistes dans des conditions d’esclavage, dans la forte résistance de millions de personnes qui remplissent les rues dans de nombreux coins du monde contre les massacres du sionisme israélien contre le peuple palestinien, dans les actions de la classe ouvrière américaine, britannique, grecque, indienne et italienne qui refusent de transporter ou tentent d’empêcher le transport de matériel de guerre. En bref, nous vous demandons d’être la voix unie et le porteur uni de cette voix de ceux qui luttent contre les conséquences du système impérialiste dans presque toutes les parties du monde et qui manifestent leur colère dans les rues.

Nous sommes conscients du fardeau historique que la lutte des classes a fait peser sur nos épaules. Nous avons la conscience et la foi nécessaires pour vaincre les impérialistes et tous les réactionnaires. Par-dessus tout, nous croyons au pouvoir des milliards de pauvres et d’opprimés qui aspirent à un monde plus vivable et le méritent.

Nous appelons à la création d’une organisation internationale anti-impérialiste (la Ligue anti-impérialiste) qui unira les larges masses populaires sous la direction du prolétariat contre l’impérialisme et toutes les formes de réaction, qui soutiendra fermement les guerres populaires et les luttes de libération nationale, qui servira les luttes des peuples du monde entier, qui entreprendra la tâche indispensable de former un front mondial anti-impérialiste.

À la suite de cet appel, nous formons la barricade anti-impérialiste des peuples pauvres et opprimés contre toutes les formes d’agression impérialiste.

Dans cette perspective, nous invitons toutes les forces anti-impérialistes à s’organiser et à lutter au sein de l’LAI.

Unissons les luttes du prolétariat international, des peuples opprimés et des nations opprimées pour éradiquer l’impérialisme et ses valets de la surface de la terre !

Contre les guerres d’agression impérialistes, les guerres injustes, le fascisme et toutes les formes de réaction : Construisons la Ligue anti-impérialiste !

 

ORGANISONS NOUS DANS LA LIGUE ANTI-IMPÉRIALISTE, DÉVELOPPONS ENSEMBLE LA LUTTE ANTI-IMPÉRIALISTE !

 

 

COMITÉ D’ORGANISATION DE LA LIGUE ANTI-IMPÉRIALISTE :

 

PARTİZAN (TURQUIE)

FRONT RÉVOLUTIONNAIRE POUR LA DÉFENSE DU DROIT DES PEUPLES (BRÉSIL)

FRONT POUR LA DEFENSE DES LUTTES DU PEUPLE (EQUATEUR)

COURANT DU PEUPLE – SOLEIL ROUGE (MEXIQUE)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *